Photographies

Le désastre est certain. Imminent ? Non, bien sûr.
Mais un jour, tout sera terminé. Une explosion, la guerre, une épidémie ? Que sais-je ?
Il y aura eu la terreur, les cris. La barbarie. Des écroulements, le feu, l’eau. Journées d’épouvante. L’Apocalypse
Après, quelques survivants peut-être. En sursis.
Ils verront des horreurs. Ils vomiront. Puis ils détourneront les yeux : respect des morts.
Plaise au ciel qu’ils trouvent quelques instants de répit dans la beauté.
Car – c’est aussi certain – des restes de ce qui fut construit, de la fin des choses, bref du désastre naît, parfois, le magnifique.

Désastre magnifique

 

 

Certains tentent d’offrir du beau aux autres.
Dans la ville, à la campagne. Au bord d’une route, au fond d’une rue, dans un endroit de passage ou un lieu isolé.

Et c’est l’échec. Ou, du moins,  pas la réussite.

Car ils se trompent. Ou personne ne les comprend. Ou c’est sali. Ou tout ensemble.
Qui a les moyens et le talent de ses rêves de beauté, de grandeur et de splendeur ?

Ni mépris ni moquerie.  Un salut. Un hommage.

Splendeur échouée